Les muses engendrent...

Der Musensohn (Johann Wolfgang von Goethe)

"Le fils des Muses"

 

Vagabondant à travers champs et bois,

Sifflotant mes chansonnettes,

Ainsi je vais de place en place!

Et tout remue en cadence,

Et tout bouge en mesure,

Me transmettant son mouvement.

 

 

Je peux à peine les attendre,

Les premières fleurs dans le jardin,

Les premiers bourgeons à l'arbre,

Ils saluent mes chants,

Et quand l'hiver vient à nouveau,

Je chante encore ce rêve.

 

 

Je le chante au loin,

À travers la longueur et la largeur de la glace,

Alors l'hiver fleurit magnifiquement !

Cette fleur disparaît aussi,

Et un nouveau bonheur se trouve

Sur les hauteurs cultivées.

 

 

Alors, comme, près du tilleul,

Je rencontre la jeunesse,

Aussitôt je la titille.

Le garçon morne s’enhardit,

La fille coincée se met à tournoyer

Au son de mes mélodies.

 

 

Vous donnez des ailes à mes pieds

Et conduisez à travers vallons et collines

Votre favorite loin de la maison.

Vous chères, gracieuses muses,

Quand pourrai-je trouver le repos en votre sein ?

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

21.03 | 12:49

Heureuse de découvrir votre site. Il me plaît.
Hilda Damman

...
11.08 | 16:48

Alors,alors..Pourquoi donc tous ces points d'interrogation?Qui donc peut bien être aussi admiratif???Ah oui, je crois avoir trouvé!

...
11.08 | 16:12

Et merci à toi pour les ajouts récents sur ton site ! Je suis toujours aussi admiratif...

...
27.07 | 01:37

Merci cher(e) ???

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE