1994 :études et préludes.....

….Et enfin l’école Martenot, plantée là, comme un arbre au dessus de la mer….

  Je me suis mise à lancer des lignes, c’est le dessin qui m’a sauvée du naufrage annoncé.

Nous avions tous les âges. Nous étions en découverte du monde. J’enfilais ma blouse à la hâte pour me retrouver devant feuilles blanches ou noires, avec fusains ou craies blanches.

Il y avait l’odeur du petit atelier, le kerdane pour l’effacer et en créer d’autres, même les senteurs étaient à notre portée. L’atelier de Lars, en face du nôtre, un véritable atelier de sculpteur. Nous, nous avions transformé un petit logement en salle d’étude, avec une grande table carrée.

  Rentrée à la maison, je peignais  «Calais 1950», c’était une grosse locomotive. Puis : «tunnel sous la manche», puis «demain, dès l’aube», j’étais très prolifique. Je promenais mon carton à dessin, des fois que l’on m’interpelle dans la rue pour me demander: "Eh, vous ! vous êtes peintre ?"  Ca n'arrivait jamais, mais j'en rêvais souvent.....

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •