Une semaine avec Mozart et ses amis

Petit à petit, les lumières dans la ville se sont abstenues pour laisser place aux jolis petits violons bien astiqués: Les Artistes s'étaient modestement mais somptueusement intégrés dans la cité.

Auguste,le perroquet niché depuis des décennies sur le toit de la banque de France , muet et soudain jaloux , soupirait doucement, éberlué.

Derrière les grands violoncelles se hissaient cors, trompettes et accordéons. Beaucoup de partitions avaient été retranscrites dans le plus parfait respect des émotions et on sentait les cœurs battre à toute allure.

Alors arrivaient d'un monde magique de jeunes enfants prodiges, compositeurs et interprètes,

dans la cour de l’hôtel de Guînes.


Il y eut aussi des moment d'humour finement dédiés. J'ai beaucoup ri aux lancers de violons.

MMM Mozart est là!!!...Ne l'oublions pas...!


Les monuments historiques de notre petite ville devinrent hystériques pour nous offrir ces grands moments. Il y eut un Requiem inouï , retranscrit pour les instrument a vent, deux accordéons et un cor bien astiqué, flamboyant. J'en oublie, bien sur....

Il n'y avait que quatre voix, mais si solidement campées que nos mémoires entendaient le chœur inexistant...

A partir de lacrimosa, mes yeux s'embuèrent et à travers les larmes, j'entrevoyais la belle cantatrice mezzo aux épaules découvertes.

Le lacrimosa fut rejoué suite a nos applaudissements.


Merci, merci vraiment a vous, chers artistes pour ces moments de grâce!