1974

27. janv., 2015

Pour moi, la vie n’est qu’une suite de premières fois…….

 Je l’aimais depuis l’enfance, son visage m’accompagnait naturellement, et la profondeur de son regard valait mille fois celui de La Joconde. Elle était la muse de mon rêve de peintre. Comme je n’osais l’imaginer nue, je m’étais fait l’idée d’une femme sans corps, vaporeuse et impalpable. Je ne savais pas encore que sous leurs vêtements, les femmes sont nues.

 Je lisais des livres, mais ce n’était plus vraiment dans ‘Alice au pays des merveilles’ que je trouvais les réponses. 

  Vu dans le dictionnaire Larousse de l’époque :

 « Lesbienne : femme habitant l’île de Lesbos. Par extension, femme homosexuelle ».

 « Lesbos (où Mytilène) : île grecque de la mer Egée, près du littoral turc.1631km2, 97000h (lesbiens). Ch-l. Mytilène (24000h). Oliveraies. Aux VIIe – VIe siècle av JC, elle fut, avec Alcée  et Sapho, la capitale de la poésie lyrique.

 « Alcée : poète lyrique grec( Lesbos, VIIes.av.J.C.). Inventeur de la strophe alcaïque.

 « Sappho, ou Sapho : poétesse grecque (Lesbos, fin du VIIes. id.VIe av.J.C.)De ses livres de poèmes, très célèbres dans l’antiquité, il ne reste que des fragments ».

 

 « Ainsi, il existe une capitale de la poésie lyrique, et je suis par extension de ce lieu. Jamais, ni à l’école, ni au lycée, je n’ai entendu parler de strophe alcaïque .Ainsi, quand j’ai lu ‘les chansons de Bilitis,’ de Pierre Louÿs, vu le contenu et les descriptions, je me suis dit qu’il devait s’agir de strophes alcaïques. »

 

Je n’avais pas encore traversé la mer Egée, sauf par extension.